Accueil

ABC Restauration
En vitrine
Livres

Petites annonces
Annuaire
Calendrier
Forum
Docs en ligne

Galerie photos
Expos
Musées
Boutique

Archives

Nous écrire


Débloquer un piston grippé
Les raisons qui poussent un piston à vouloir rester solidaire du cylindre sont nombreuses : serrage survenu après une surchauffe due à un manque d'huile, oxydation due à la présence d'eau dans le cylindre ... Quand à cela, s'ajoute une longue période de sommeil au fond d'une grange humide, il est souvent très difficile de désacoupler l'ensemble piston / cylindre par des moyens naturels...

Bien entendu, le premier reflexe est de tenter la manoeuvre par la force en tapant comme un damné sur le piston ! Généralement le remède est plus néfaste que le mal et, non content de détruire définitivement le piston, on en profite pour détruire également le reste, bielle et villebrequin compris !

Comme très souvent en matière de mécanique, la méthode douce est préférable...

La première opération va consister bien entendu à déculasser le moteur, puis retirer les écrous à l'embase du cylindre, remplir le haut du-dit cylindre d'une bonne dose de désoxydant et, enfin, laisser agir.

Nous allons donc mettre ce (long) temps à profit pour fabriquer "l'extracteur". En effet, il est impossible d'utiliser un extracteur ou un arrache moyeu "classique", les ailettes du cylindre n'y résisteraient pas... La construction de cet outil est à la portée de tout bon bricoleur correctement équipé (et comme chacun le sait, un amateur de petites vieilles est par définition un excellent bricoleur...) dans le cas contraire, vous trouverez surement un ami ou un artisan dévoué, capable de le réaliser.

La pièce maîtresse de cet extracteur est un fer en U de forte section. N'hésitez pas à choisir un métal de qualité et à "surdimensionner" la pièce. Il va falloir la percer en trois endroits.

Les trous A et B, correspondent à deux goujons de la culasse (diamétralement opposés, le trou central (C) de plus forte section sera taraudé et recevra un boulon six pans qui servira de vis de poussée.
Une fois l'extracteur fabriqué, son utilisation est simple comme le montre l'animation suivante :

A l'aide d'une clé six pans, bloquez la vis de poussée au maximum. La pression ainsi exercée sur le piston sera suffisante pour le débloquer s'il n'est que légèrement grippé, mais dans la majorité des cas, rien ne se passera...
Il va donc falloir chauffer et appliquer ainsi le principe de dilatation des métaux.

En utilisant une lampe à souder (du type Camping gaz) ou un décapeur thermique puissant, on chauffe le cylindre, pas trop longtemps, sinon, la chaleur se transmet au piston et l'opération devient inutile... On chauffe donc quelques instants, et on donne un tour de clé sur la vis de poussée, on laisse refroidir, et on recommence... Ainsi, avec patience, millimetre par millimetre, avec un effort minimum, sans risque d'endommager quoi que ce soit, on vient, à coup sur, à bout des pistons grippés les plus résistants !

Bon dégrippage.

Additif: Débloquer un piston grippé dans un cylindre monobloc, cliquez ici.

LES ASTUCES ET CONSEILS DES INTERNAUTES
Bonjour
pour le dégrippage d'un piston la méthode la plus douce est la suivante.
Pour les cylindres borgnes ( monobloc )
Roder les soupapes si c'est un 4 temps.
Remplir le cylindre avec de la graisse et mettre à la place de bougie un bouchon sur lequel on a mis un graisseur lub. Et avec une banale pompe à graisse introduire de la graisse dans le cylindre. Attention à ne pas avoir de poche d'air car si le piston n'est que trés légérement grippé il peut partir avec force.
Pour un cylindre culassé faire une plaque que l'on visse sur le cylindre et mettre un graisseur sur la plaque.
Avec cette méthode j'ai pu sortir un piston de 280 mm d'alésage.
Rien ne résiste à la force de la graisse.
C'est garanti sur facture.

Astuce envoyée par Jean



Piston Bloqué: après trempage au désoxidant, plusieurs mois, j’ai monté un graisseur à la place de la bougie et j’ai « GONFLE » le cylindre à la graisse avec une pompe à graisse manuelle. La pression ainsi exercée sur le piston le décole du cylindre sans le brutaliser. Dans le cas de cette opération il s’agissait d’un moteur MOTOBECANE culbuté de Z56C. L’opération n’a pas permis de récupérer les organes d’origines en l’état, oxydation prononcée sur le devant du piston, mais le réalésage du cylindre reste possible avec changement du piston. Le bas moteur n’a quant à lui pas souffert de l’opération. L’absence de fuite et la fluidité de la rotation de l’ensemble permettent de penser qu’un simple nettoyage accompagné d’une vidange suffiront à celui-ci avant réutilisation avec un piston neuf et un cylindre réalésé.
 
Astuce envoyée par Jean-Marc




Toujours dans le cadre du "dégrippage" d'un cylindre, une autre technique est possible: déculasser, remplir le cylindre de dégrippant ou de gas-oil, laisser agir quelques jour en remettant une dose de temps en temps, (on peut nous aussi en prendre une de temps en temps....de dose), puis chauffer le cylindre à l'aide d'un décapeur thermique tout en faisant levier en bas du cylindre, sans forcer comme une brute !
L'alu du cylindre se dilatera avec une source de chaleur extérieure, ce qui devrai dégripper l'ensemble.

Astuce envoyée par Stéphanie






Si vous souhaitez voir votre astuce figurer dans cette rubrique, n'hésitez pas à nous écrire.



ABC Concept © 1998 / [(Date: (server_date))->Year]